Significação e argumentação

Marion Carel

Resumo


Je me propose dans cet article de revenir sur la question très générale de la signification des mots. Quelles valeurs en effet une langue associe-t-elle aux mots et à quoi servent ces valeurs dans la détermination du sens de nos discours ? La réponse actuellement banale est que les mots décrivent le monde et que leurs significations, systématiquement exprimées, s’ajoutent, brique après brique, pour déterminer le sens de nos discours. C’est cette réponse banale que je vais discuter. M’appuyant sur les travaux d’Anscombre et Ducrot, je défendrai l’hypothèse que la signification des mots est, non pas informative, mais argumentative. Je ne veux pas dire par là que parler consiste en un effort pour persuader. Parler ne consiste pas plus à persuader qu’à décrire le monde. Ce que je défends, c’est que parler consiste à construire un texte, à entrelacer les mots, à les mettre en regard, ou encore à les présenter comme se généralisant ou s’exemplifiant, à les opposer. Parler consiste à construire un texte qui, entrant dans une conversation, à la fois fera écho au discours de l’autre et contraindra sa réponse. Cet article constituera une présentation rénovée de ce que j’ai appelé, de manière un peu pompeuse, la Théorie des Blocs Sémantiques.



DOI: http://dx.doi.org/10.17058/signo.v42i73.8579

Licença Creative Commons
Esta obra está licenciada com uma Licença Creative Commons Atribuição 4.0 Internacional.


Disponibilidade para depósito: permite o depósito das versões pré-print e pós-print de um artigo